Célébration des larmes

Du chant corse au fabordao : les nouvelles musiques anciennes du Portugal

La nouvelle création de CAPELLA SANCRAE CRUCIS

 

Concert à l'auditorium mercredi 22 novembre 2017 à 18h30 à l'auditorium de Pigna.

 

CAPELLA SANCRAE CRUCIS, dirigée par Tiago SIMAS FREIRE

Avec les chanteurs de A CUMPAGNIA

Axelle Verner, Jérôme Casalonga, Claude Bellagamba, Javier Cuevas, voix

Tiago Simas Freire, Lucile Tessier, José Rodrigues Gomes, Anaïs Ramage, flûtes, tournebouts, dulcianes et cornet Kazuya Gunji orgue.

 

La singularité du présent projet repose sur le croisement de deux axes de recherches pratiques : un travail sur des sources musicales inédites et méconnues du XVIe siècle, conservées à la Bibliothèque Générale de l’Université de Coimbra au Portugal, et leur recréation moderne en première mondiale ; et la rencontre babélienne entre des chanteurs de chant corse traditionnel et des chanteurs et instrumentistes de musiques anciennes, visant un métissage sonore inédit et cohérent.

L’introduction de la polyphonie dans les divers offices liturgiques se faisait souvent par le biais de techniques d’improvisation sur le plain-chant. À partir du XVe siècle cette technique de chant polyphonique improvisé, appelé faux-bourdon dans les territoires franco-flamands, s’est répandue en Europe et cristallisée dans l’écrit à quatre voix dans plusieurs sources musicales à partir du XVIe siècle : faburden en Angleterre, falsobordone en Italie, fabordón en Espagne et fabordão au Portugal.

Un héritage vivant de cette pratique centenaire de polyphonies homophoniques s’est perpétué dans plusieurs traditions notamment dans le sud de l’Europe : c’est le cas du Cante alentejano au sud du Portugal et des Polyphonies Corses dans l’île méditerranéenne. Ces traditions toujours vivantes peuvent aujourd’hui nourrir à plusieurs niveaux notre regard sur les polyphonies anciennes inédites, plus concrètement sur la projection et l’homogénéité des voix, la souplesse de la voix et la diversité de l’ornementation improvisée (appelée rivuccati en Corse).

Le présent projet propose ainsi d’associer des chanteurs corses avec des musiciens spécialisés dans les répertoires anciens pour une découverte et nouvelle création à partir de sources musicales inédites du XVIe, qui déclinent diverses techniques polyphoniques orales sur le plain-chant.

Pour mener cette aventure sonore, nous avons sélectionné un répertoire typique du sud de l’Europe avec un programme structuré par deux Offices des Défunts qui apportent deux techniques polyphoniques différentes, et qui pourraient, en outre, être une des origines des chants corses encore interprétés de nos jours.

La musique pour les Matines des Défunts, spécificité typiquement ibérique, est issue d’un manuscrit de la deuxième moitié du XVIe siècle intitulé « Livro de defuntos » et est entièrement écrite en fabordão alternant plain-chant et polyphonie. Dans la Messe des Défunts, la musique présente un autre type d’élaboration polyphonique dérivée de l’improvisation appelée concertado : la voix de tenor a la responsabilité d’exposer le plain-chant en valeurs longues isorythmiques tandis que les autres voix développent un contrepoint fleuri.

La gravité de la thématique liée à la forte sonorité des voix mêlées aux instruments, plonge l’auditeur dans un profond état de contemplation.

Entre la vie et la mort, entre le passé et le présent.

 

Création

Aller au haut